Le Groupe Multipartite National (GMN) de la Mauritanie a bénéficié de l’appui financier de la GIZ dans le cadre de l’initiative spéciale « Un seul monde sans faim – SEWOH »  du Ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ). Cet appui s’est traduit par le recrutement d’une équipe de deux (2) Experts qui disposent d’expériences avérées dans le secteur des pêches dans la sous-région, pour la compilation de ce Rapport. Il s’agit de Dr. Moustapha KEBE, Économiste des pêches et de M. Abderrahmane BOUJOUMAA.

  • KEBE dispose d’une expérience avérée dans les domaines de la gouvernance des pêches, de bonnes connaissances du contexte et de l’environnement de la pêche en Mauritanie ainsi que de l’initiative FiTI. Il a été fortement impliqué dans des travaux sur la transparence dans le secteur des pêches en Afrique de l’Ouest et en Mauritanie. Dans le cadre des activités du Partenariat Régional pour la Conservation de la Zone Côtière et Marine en Afrique de l’Ouest  (PRCM) et de la Commission Sous Régionale des Pêches (CSRP), il a piloté la production de deux guides : i) un guide de plaidoyer pour la transparence dans la gestion des pêches en Afrique de l’Ouest et ii) un guide pratique des négociations des Accords de pêche pour les États membres de la CSRP. Par ailleurs, Dr. KEBE a mené en 2010 un important travail d’évaluation globale du système d’immatriculation des embarcations de pêche artisanale et côtière de Mauritanie, avec l’appui de la FAO. Il a accompagné le GMN pour la compilation du premier Rapport FiTI Mauritanie (année 2018) entre juillet 2020 et mars 2021 et du second Rapport FiTI entre octobre 2021 et février 2022 pour le deuxième Rapport qui couvre les années 2019 et 2020.
  • BOUJOUMAA est Informaticien de qualification en MIAGE (Méthodes Informatiques Appliquées à la Gestion des Entreprises). Il a une longue expérience dans le domaine du développement informatique et dans la mise en place de solutions automatisées. Il a accompagné, jusqu’aujourd’hui, le Ministère dans son parcours d’automatisation et a été chargé, depuis 2007, de l’administration du site web du MPEM pour la mise en ligne des différentes publications du secteur. Il dispose d’une forte connaissance du secteur des pêches de la Mauritanie et d’une expérience avérée dans la préparation et la mise en place de systèmes d’information pour le secteur des pêches, en Mauritanie et dans la sous-région «Dashboard régional supervisé par la Commission Sous Régionale des Pêches (CSRP)». M. BOUJOUMAA est le responsable de l’Observatoire Économique et Social des Pêches (OESP) du MPEM, chargé du suivi et de l’évaluation des activités du secteur des pêches, de l’élaboration et de la publication des Notes conjoncturelles, des bulletins périodiques de traitement et d’analyse ainsi que des rapports annuels de statistiques de pêche

Informations supplémentaires pour le troisième rapport (2022) de la Mauritanie à FITI

Dans le cadre de ce rapport FiTI, le GMN a compilé des informations pour l’année civile 2022 et l’a fait pour les 12 exigences de transparence du Standard FiTI.

Cette page concerne les informations relatives aux exigences de transparence du Standard FiTI traitées dans les rapports FiTI et qui ne sont pas déjà publiées sur les sites web du gouvernement mauritanien.

 

Tableau récapitulatif des instruments juridiques et documents de politique des pêches en 2022

Instruments juridiques

Nombre d’instruments juridiques en
vigueur

Nombre d’instruments juridiques pris

Rappel 2021

2022

2022

1. Lois et règlements

78

30

108

o  Ordonnances

1

0

1

o  Lois

1

0

1

o  Décrets

26

4

30

o  Arrêtés et circuaires

50

26

76

2. Documents de politiques et
d’orientations stratégiques

3

9

6

3. Plans d’aménagement et Plans de
gestion

4

5

1

o  Plans d’aménagement de pêcheries

2

3

1

o  Plans de gestion

1

1

0

o  Plans d’aménagement de zones
maritimes

1

1

0

Textes réglementaires pris en 2022

1. Décret n° 2022-183/P.M/M.P.E.M/M.F/ portant création, organisation et fonctionnement d’un établissement public à caractère industriel et commercial dénommé l’Agence Mauritanienne des Affaires Maritimes (AMAM) : 

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/decret_no2022-183_amam_fr.pdf 

2. Décret n° 2022-150 portant création, organisation et fonctionnement de l’Agence pour le Développement de la Pêche et de la Pisciculture Continentales (ADPPC) : 

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/decret_0150_2022_adppc_fr_signe.pdf 

3. Décret n° 2022-045 portant modification de certaines dispositions du décret 2015-176 du 04 décembre 2015 relatif aux modalités de fixation de droits d’accès aux ressources halieutiques : 

peches.gov.mr/IMG/pdf/decret_no_045-2022_dr_acces-_fr.pdf 

4. Décret n° 2022-046 complétant les mécanismes d’attribution de quota de ressources halieutiques :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/decret_no_046-2022_quota_-_fr.pdf 

5. Arrêté n° 419/MPEM portant 1ère fermeture de la pêche artisanale céphalopodière, de la pêche côtière céphalopodière et de la pêche hauturière de fond au titre de l’année 2022 :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/arrete_no_419-2022_-_1ere_fermeture_2022.pdf 

6. Arrêté n° 0170 du 15 février 2022 fixant le montant de la redevance de la licence de pêche et de l’aquaculture continentales :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/fr_arrete_0170_redev_lic_pca.pdf 

7. Arrêté n° 530 du 08 juin 2022 fixant la liste des documents à fournir pour la mauritanisation d’un navire de pêche : 

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/arrete_530_-_juin_2022-documents_mauritanisation_fr.pdf 

8. Arrêté n° 1296-2022, portant mise à disposition d’une partie du domaine public maritime au profil de l’Office national des ports de pêche pour l’implantation d’un point de débarquement aménagé à M’heijeratt : 

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/arrete_no_1296_-_2022_pda_mheijratt_fr_.pdf 

9. Arrêté n° 1128-2022 portant approbation du plan d’aménagement des petits pélagiques :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/arrete_no_1128-2022_approbation_plan_pp_2022-2.pdf 

10. Arrêté n°  918-2022/MPEM portant 2ème  fermeture de la pêche artisanale céphalopodière, de la pêche côtière céphalopodière et de la pêche hauturière de fond au titre de l’année 2022 :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/arrete_no_918-2022_-_2eme_fermeture_2022.pdf 

11. Arrêté n°  839-2022/MPEM portant création et organisation de l’Observatoire Économique et Social des Pêches :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/arrete_no_839-2022-mpem_creation_oesp_fr_1.pdf 

12. Arrêté n° 734-2022/MEPSP/MPEM portant création d’un Groupe National Multipartite (GNM) FiTI Mauritanie :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/arrete_no_734_gnm.pdf 

13. Arrêté n° 566-2022/MEPSP/MPEM portant création du Conseil Scientifique de l’Institut Mauritanien de Recherches Océanographiques et des Pêches (CS-IMROP) :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/arrete_no_0566-2022_conseil_scientifiq-_fr.pdf 

14. Arrêté n° 465-2022/MPEM complétant les dispositions de l’arrêté n° 1128/MPEM du 30 septembre 2021, fixant certaines conditions et mesures réglementaires des activités de pêche des petits pélagiques :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/arrete_no_0465_2022_de_farine_ok.pdf 

15. Circulaire 006 du 25 février 2022 à tous les Armements exploitants des navires de pêche sous le régime national :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/circulaire_no_006_du_25-02-2022_fr.pdf 

16. Circulaire 008 du 06 avril 2022 à tous les exploitants des navires de pêche pélagique du régime national :

https://www.peches.gov.mr/IMG/jpg/ciculaire008-060422.jpg 

17. Circulaire n° 10 du 10 mars 2022 relative à l’affrètement des pirogues de sennes tournantes :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/circulaire_no_10_-_affretement_senne_tournante.pdf 

18. Circulaire n° 11 du 10 mai 2022 relative à la mise en œuvre du Plan d’aménagement poulpe :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/circulaire_no_11_-_mise_en_oeuvre_plan_amenag_poulpe.pdf 

19. Circulaire n° 13 du 22 juin 2022 relative à la concession Pêche côtière – courbine :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/circulaire_no_13_-_concession_courbine.pdf 

20. Circulaire n° 15 du 15 juillet 2022 relative à la valorisation au maximum des petits pélagiques :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/circulaire_no_15_-_valoriser_petits_pelagiques.pdf 

21. Circulaire n° 17 du 22 avril 2022 relative à la mise en place d’une concession petit pélagique :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/circulaire_no_17-_concession_pc_-_courbine.pdf 

22. Circulaire n° 19 du 12 août 2022 relative aux bentho-pélagiques exceptés courbine :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/circulaire_no_19_-_benthopelagique_excepte_courbine.pdf 

23. Circulaire n° 20 du 12 août 2022 relative au décompte des captures de petits pélagiques :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/circulaire_no_20_-_decompte_capt_petits_pelag.pdf 

24. Circulaire n° 22-2022 relative à l’interdiction de l’espèce « Lagocephalis » :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/circulaire_lagocephalis_fr.pdf 

25. Circulaire n° 23 du 02 novembre 2022 relative aux filets fixes :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/circulaire_no_23_-_filet_fixe.pdf 

26. Circulaire n° 24 du 07 novembre 2022 relative aux dépassements des TAC Poulpe :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/circulaire_no_24_-_depassement_tac_poulpe_ok.pdf 

27. Circulaire n° 25 du 07 novembre 2022 relative à l’ouverture de la pêche des langoustes :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/circulaire_no_25_-_ouverture_peche_lang_ok.pdf 

28. Circulaire n° 26 du 29 décembre 2022 relative à l’autorisation des affrètements :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/circulaire_no_26_-_autorisation_affretement.pdf 

29. Circulaire n° 173 du 14 mars 2022 relative au contingentement de quota céphalopodes :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/circulaire_no_173_-_contingentement_de_quota_cephalopodes.pdf 

30. Circulaire n° 520 du 20 juin 2022 relative à l’annulation des concessions :

https://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/circulaire_no_520_-_annulation_de_concessions.pdf 

 

Les régimes fonciers des pêches définissent, entre autres, qui peut utiliser quelles ressources halieutiques, pendant combien de temps et dans quelles conditions. Ces accords sont l’un des aspects les plus critiques de la gestion durable des pêches. Les régimes fonciers des pêches définissent comment et pourquoi les gouvernements allouent les droits de pêche.

L’essentiel des régimes fonciers de la Mauritanie n’ont pas évolué depuis 2018 et ont été présentés en détail dans le premier rapport FiTI de la Mauritanie : Rapport FiTI 2018 .

Les changements intervenus depuis 2018 ont été présentés dans les rapports FiTI qui ont suivi :

Les informations sur les régimes fonciers des pêches pour l’année civile 2022 sont les mêmes qu’en  2021.

Au cours de l’année 2021 des accords et autres arrangements (les Accords internationaux ou autres
arrangements d’accès de navires de pêche étrangers opérant dans Ie cadre du régime étranger pour l’exploitation de concessions de droits d’usage dans les eaux sous juridiction mauritanienne – Article 37 du Code des pêches maritimes) de pêche étaient en cours en Mauritanie. Ils autorisent les navires de pêche battant pavillon étranger concernés à accéder aux ressources de la ZEEM pour la période couverte.

 

Accords et autres arrangements d’accès à la pêche dans les eaux sous juridiction de la Mauritanie pour les navires battant pavillon étranger, en cours en 2022 :

Partenaire contractuel

Durée/Période

L’accord est-il
accessible au public ?

L’évaluation de
l’accord est-elle disponible ?

L’évaluation est-elle
accessible au public ?

Union
Européenne (UE)

 

En 2022,
l’UE a été autorisée à signer un nouveau Protocole sur une période de six (6)
ans (2022-2028)

Oui

 

Non

 

 

Japan
Tuna Fisheries Coopérative Association

Renouvellement
par tacite reconduction jusqu’en 2023

Oui

Non

 

 

Sénégal

Le protocole a été reconduit en 2022

Oui

Non

 

 

Convention
libre pélagique

Maintien
de la Convention en 2022

Oui

Non

 

 

Convention
libre thon (autres que Japan Tuna)

Maintien
en 2022 de la Convention révisée en 2021 (valable pour 24 mois)

Oui

Non

 

 

Le GMN n’a pas noté de changements sur les régimes fonciers des pêches des différents accords de pêche  par rapport à l’année civile 2021.

RIM/Union européenne (UE)

L’accord de pêche entre l’UE et la RIM couvrant la période juillet 2015 à juillet 2019 est arrivé à terme en juillet 2019. La durée dudit accord a été alors prolongée dans un premier temps jusqu’au 15 novembre 2020 puis pour une autre année supplémentaire (Protocole d’accord pour renouvellement signé le 12 juillet 2021), à l’issue de la signature d’accords sous forme d’échanges de lettres entre l’UE et la République Islamique de Mauritanie.

En 2022, l’UE a été autorisée à signer un nouveau Protocole sur une période de six (6) ans (2022-2028)

 Les conditions du protocole n’ont pas été modifiées relativement par rapport à 2020.

RIM/Japan Tuna

En 2021, l’Accord entre le MPEM et Japan Tuna en vigueur est celui signé le 17 février 2016 pour une durée de deux (2) ans. Il a été renouvelé plusieurs fois par tacite reconduction par Lettre du MPEM adressée au Président de Japan Tuna Cooperative Association. Pour 2021, c’est par Lettre du MPEM n° 0730/MPEM du 27 septembre 2021 adressée au Président de Japan Tuna Cooperation Association que la Convention de pêche qui est arrivée à expiration le 24
février 2021 a été prolongée d’une durée supplémentaire de 24 mois.

Les montants payés sont les mêmes, ils comprennent :

 i) les redevances des navires ; 

ii) les frais d’observateurs

iii) la taxe parafiscale de surveillance. 

Ils sont présentés en détails dans le Rapport FiTI 2021.

Conditions d’exploitation des ressources halieutiques de la Zone Économique Exclusive Mauritanienne (ZEEM) dans le cadre de l’Accord entre le MPEM et Japan Tuna  pour l’année 2022

Captures
totales autorisées

Redevances

Frais
d’observateurs

Taxe
parafiscale de surveillance

1.500 T pour la période de six (6) mois

15.000 USD par navire tous les six (6) mois + 5.000 USD
par navire et par 30 jours supplémentaires

3,5 USD par tonneau jauge brute (GT) et par an

De 50.000 à 1,3 million MRO pour les navires de pêche
de moins de 2.000 TJB à plus de 9.000 TJB

Autres documents :

RIM/Sénégal

Un Protocole d’accord en vigueur est celui signé le 12 juillet 2021.

Les deux parties ont convenu des clauses ci-après :

·      Un quota de 50.000 tonnes par an est accordé à un nombre limité ne dépassant pas 250 sennes tournantes soit 500 embarcations ciblant les espèces pélagiques à l’exception du mulet et de la courbine, afin d’approvisionner le marché sénégalais. 6 % de ces embarcations, soit 30 doivent débarquer obligatoirement en Mauritanie, pour contribuer à l’approvisionnement du marché mauritanien. Les quantités débarquées à Nouakchott ne sont pas comptabilisées dans le quota attribué et sont vendus au prix du marché local. Pour ce qui est des trente (30) embarcations artisanales pélagiques débarquant à Nouakchott, elle opéreront dans les mêmes conditions que les embarcations mauritaniennes . Un taux de 2 % des captures accessoires est toléré à tout moment de la marée. Cette tolérance exclut les pêcheries céphalopodes et
crustacés (Article 2 modifié).

·       Les captures réalisées doivent être débarquées au port de N’Diago, en territoire mauritanien. Toutefois, en attendant la construction d’un Point de Débarquement aménagé (PDA) à N’Diago, les deux parties s’accordent sur une période transitoire de 24 mois durant laquelle, les captures sont débarquées à Saint-Louis. Une procédure de suivi des débarquements et de la collecte des statistiques à Saint-Louis sera convenue d’un commun accord et devra être mise en œuvre avec les débarquements à Saint-Louis. (Article 3 modifié).

·       Le quota alloué est destiné à l’approvisionnement du marché sénégalais et ne peut faire l’objet d’une exportation quelle en soit la forme vers d’autres pays. À ce titre ce quota n’est pas soumis au paiement des redevances. (Article 4 modifié).

·       Les deux parties s’engagent à mettre en place des mécanismes et procédures de contrôle pour le strict
respect des dispositions du protocole d’accord et de son avenant, notamment en ce qui concerne les dispositions des articles 2 et 9 du protocole d’accord.
(Article 17 bis nouveau).

·      Les Autorités compétentes du Sénégal doivent soumettre aux Autorités compétentes de la Mauritanie une demande de licences pour les embarcations qui désirent pêcher dans le cadre de ce protocole, un (01) mois au moins avant la date du début de validité demandée. Les demandes sont présentées conformément
aux formulaires fournis à cet effet par les Autorités mauritaniennes.

·      Les licences de pêche ne seront remises qu’après l’accomplissement des opérations relatives à l’identification et au suivi de l’embarcation par i) la vérification de la lisibilité de la transcription des numéros
d’immatriculation et ii) et la pose des scellés. L’identification et le suivi du capitaine et de l’équipage de l’embarcation sont également effectués pour faciliter la lutte contre l’immigration clandestine, objectifs partagés par les deux gouvernements.

·      À cette fin, le capitaine et l’ensemble de l’équipage de chaque embarcation doivent se soumettre à l’enrôlement biométrique, à l’effet de détenir des actes d’identification, tel qu’exigé par les Autorités mauritaniennes compétentes. Aussi, le capitaine et l’ensemble de l’équipage de chaque embarcation ont l’obligation de se munir du rôle d’équipage, établi, par le Service régional des Pêches et de Surveillance de Saint-Louis. Afin de faciliter le déroulement de cette opération, les Autorités mauritaniennes ont ouvert un centre d’enrôlement à Ndiago.

·       Les licences de pêche ne seront délivrées qu’aux seules embarcations artisanales de pêche pélagique ayant rempli les conditions ci-dessus. En conséquence, les licences de pêche délivrées en application du présent protocole sont trimestrielles et individuellement octroyées pour chaque embarcation, conformément à la règlementation en vigueur et toute autre procédure arrêtée de commun accord par la Commission paritaire. (Article 5 modifié).

·      Les embarcations artisanales de pêche pélagique autorisées à pêcher dans le cadre du présent protocole doivent exercer leurs activités conformément aux lois et règlements en vigueur en Mauritanie.
Elles doivent à cet effet détenir un récépissé de sortie délivré par les Autorités compétentes sénégalaises et visé par le représentant de la Garde Côte Mauritanienne (GCM) à Saint-Louis attestant que l’embarcation a fait l’objet d’un contrôle (engins de pêche, équipage, autorisation de pêche, mesures de sécurité, etc.) ; passer au point d’entrée et de sortie des eaux sous juridiction mauritanienne (situé à proximité du port de Ndiago) ; faire
l’objet d’un message d’information émanant du Service régional des Pêches et de la Surveillance de Saint-Louis à l’intention du Poste de Garde Côtes Mauritanienne (GCM) de Ndiago qui doit en accuser réception; opérer exclusivement dans la zone de pêche comprise entre les latitudes 16°10’N (Ndiago) et la rade se trouvant au sud du port autonome de Nouakchott 17°55’N. (Article 6 modifié).

Autres documents :

 

Convention Libre pélagique

En 2022, aucun changement n’a été observé pour les montants des redevances à payer par rapport à 2021. Les informations sont présentées en détail dans le Rapport FiTI 2021 et sont résumées ci-après ;

  • Compensation financière : 300.000 EUR par an, payable en trois tranches trimestrielles 
  • Redevances : 123 EUR la tonne pêchée 
  • Frais de gestion licence : 5.000 EUR par licence trimestrielle 
  • Frais d’observateurs : 3,5 USD par GT et par an.
  • Taxe parafiscale de surveillance instituée par le Décret n° 2006-010 du 17 février 2006.
  • Redevance indivisible de :
  • 250 USD par mois et par navire thonier canneur ;
  • 000 USD par mois et par navire thonier senneur et ;
  • 500 USD par mois par navire thonier palangrier.

Autres documents :

 

Convention pêche Libre au thon (autre que Japan Tuna et l’UE)

En 2022, aucun changement n’a été observé pour les montants des redevances à payer par rapport à 2021. Les informations sont présentées en détail dans le Rapport FiTI 2021.

Paiements prévus pour les navires de pêche étrangers autres que Japan Tuna et l’UE pour l’accès aux thonidés et ressources associées de la ZEEM pour 2022.

 

Type
de navire

Redevance
invisible

Frais
d’observateurs

Taxe
parafiscale de surveillance

Senneurs

·        30.000 USD
par navire et par mois 

3,5
USD par GT

Montant en fonction du GT conformément au Décret n°
2006-010 du 17 février 2006 (de 50.000 à 1,3 million MRO pour les navires de
pêche de moins de 2.000 TJB à plus de 9.000 TJB)

Canneurs

·        26.250 par
navire et par mois 

3,5
USD par GT

Palangriers

·        22.500 USD
par navire et par mois

3,5
USD par GT

Autres documents :

Les études ou rapports existant réalisés par les Autorités nationales ou les tièrces Parties à un accord et fournissant une évaluation ou un contrôle dudit Accord :

  • L’évaluation des ressources halieutiques de la ZEEM est du ressort de l’IMROP en tant qu’institution nationale de recherche halieutique.
  • Les principales informations relatives à cette exigence sont disponibles et accessibles en ligne sur les sites du gouvernement, sous forme de Rapports des Groupes de travail de l’IMROP. Lesdits Groupes de travail sont
    organisés tous les quatre (4) ans pour évaluer les principaux stocks et formuler des recommandations pour la prise de décisions en matière de gestion durable de ces ressources.
  • L’évaluation des ressources halieutiques de la Zone économique exclusive mauritanienne (ZEEM) par l’IMROP a fait appel à deux catégories de méthodes :
    • les méthodes dites directes, qui consistent à analyser l’évolution de l’abondance des stocks à partir des données des campagnes scientifiques annuelles, et ;
    • les méthodes indirectes, basées sur l’ajustement de modèles de dynamique des populations aux données de statistiques de captures et d’efforts de pêche.
  • Les résultats du dernier Groupe de travail de 2019, organisé tous les quatre (4) ans, avec les données de 2018 restent valables pour l’année 2022.

Par ailleurs, les Groupes de travail du Comité des Pêches pour l’Atlantique Centre-Est (COPACE/FAO) ont été organisés en 2022. Les résultats sont présentés dans le «Rapport de la neuvième session du sous-comité scientifique, Nouakchott, Mauritanie, 5-9 décembre 2022 Rapport de la neuvième session du sous-comité scientifique, Nouakchott, Mauritanie, 5-9
décembre 2022
» dont les principales conclusions sont présentées ci-après :

État des ressources démersales [2022] :

Cinq (5) stocks sont surexploités

             

 

o   sardinelle ronde (Sardinella audita),

o   sardinelle plate (S.maderensis),

o   Sardinelle spp,

o   chinchard de Cunene (Tracurustrecae) et

o   bonga (Ethmalosefimbriata).

 

Trois (3) stocks sont pleinement exploités :                           

o   chinchard atlantique (Trachurustrachurus),

o   chinchard (Scomber colias)

o   anchois (Engraulis encrasicolus).

 

Un (1) stock non-pleinement exploité 

             

 

o   Sardina pilchardus de la Zone A+B et la Zone C.

 

Les autres ressources démersales exploitées n’ont pas fait l’objet d’évaluation spécifique.

Le stock du poulpe a connu un redressement passant d’un état de surexploitation avec un excédent d’effort de pêche de 17 % (Groupe de travail 2014) à un état de pleine exploitation en 2018. En 2022, il a été constaté une surexploitation de la biomasse du poulpe consécutive à un effort de pêche excessif engendrant des dépassements de 130 % du TAC de l’année 2021. Cette surexploitation a eu comme effet une diminution significative de l’abondance du poulpe dans la partie côtière (les profondeurs inférieures à 80 m), dans laquelle opère la majorité́ des unités ciblant cette ressource.

L’IMROP a recommandé d’observer beaucoup de prudence dans l’exploitation de ce stock encore fragilisé par de longues années de surexploitation, notamment en procédant à une réduction dans l’immédiat de l’effort de pêche (nombre d’unités, dimensionnement des engins) pour l’ajuster aux possibilités offertes par la ressource (TAC) et observer un gel de cet effort à son niveau optimum. Les espèces comme les seiches et le calmar offrent toujours des possibilités supplémentaires d’exploitation et leur potentiel a été revu à la hausse conformément aux indic

 

État des ressources pélagiques [2022]

Cinq (5) stocks sont surexploités

        

o   sardinelle ronde (Sardinella audita),

o   sardinelle plate (S. maderensis),

o   Sardinelle spp,

o   chinchard de Cunene (Tracurus trecae) et

o   bonga (Ethmalose fimbriata).

 

Trois  (3) stocks sont pleinement exploités :

          

o   chinchard atlantique (Trachurus trachurus),

o   chinchard (Scomber colias)

o   anchois (Engraulis encrasicolus).

 

Un (1) stock non-pleinement exploité

        

o   Sardina pilchardus de la Zone A+B et la Zone C.

 

Il a été démontré que le stock de sardinelle ronde (sardinella aurita) est dans une situation critique. 

Elle a connu une baisse critique de 74 % des prises totales de 2020 (193.000 tonnes) à 2021 (49.500 tonnes) ; ce qui ne représente que 2 % des prises totales en 2021. 
Il n’a pas été possible de quantifier exactement l’ampleur de l’effort de pêche à réduire, mais compte tenu de la situation dégradée de ce stock, et par mesure de précaution, il a été proposé une réduction d’au moins 60 % de la
mortalité actuelle exercée sur ce stock.

 Afin d’améliorer l’état des stocks de sardinelles, il est recommandé d’interdire leur utilisation pour la fabrication de farine et d’huile de poisson. Le COPACE a également recommandé aux gouvernements nationaux, y compris celui de la Mauritanie, d’assumer leurs responsabilités en matière de gestion durable de la sardinelle et de lancer des
consultations sur la gestion conjointe de cette ressource fondamentale.

Potentiel exploitable [2022]

Le Groupe de travail de l’IMROP a conclu que le potentiel exploitable des ressources halieutiques de la ZEEM est de 1.830.140 tonnes, toutes espèces confondues. Ces estimations confirment l’importance du potentiel exploitable
composé de près de :

o  42.700 tonnes/an de céphalopodes ;

o   7.840 tonnes de crustacés (crevettes, crabes et langouste) ;

o   42.700 tonnes de céphalopodes (poulpe, seiche et calmar) ;

o   1.353.000 tonnes/an de ressources de pélagiques.

o   Par rapport au TAC de 2021, seuls le poulpe et la langouste ont accusé un dépassement, respectivement de 130 % et 173 %.

Le potentiel de mollusques bivalves (notamment les praires) est de l’ordre de 350.000 tonnes/an. Ce stock ne fait l’objet d’aucune exploitation actuellement en raison d’une teneur élevée en cadmium (Cd). 

 

Espèces

TAC 2021

Captures

% Exploitation

Céphalopodes

42.700

44.374

104

Poulpe

30.700

39.963

130

Seiche

4.000

2.149

54

Calamar

8.000

2.149

27

Crevettes

7.200

2.452

34

Démersaux

87.000

44.497

51

Merlu

10.093

9.295

92

Pélagiques

1.353.000

893.833

66

Crabes

400

206

52

Thon

24.000

 

0

Langouste

240

415

173

Total (tonnes)

1.524.633

995.072

65

                               

En 2022, les 466 navires de pêche commerciale enregistrés[1] en Mauritanie comprennent 346 navires (soit 74 %) opérant dans le régime national et 120 navires (soit 26 %) opérant dans le régime étranger alors qu’en 2021, les 392 navires de pêche commerciale du registre comprennent 298 navires (soit 76 %) opérant dans le régime national et 94 navires (soit 24 %) opérant dans le régime étranger.

Les navires de pêche à grande échelle d’origine étrangère opérant en Mauritanie sont au nombre de 164 unités en 2022 dont 44 (27 % des navires étrangers) opérant dans le régime national et 120 (73 % des navires étrangers)
opérant dans le régime étranger.

Ü  Il est noté une baisse continue des navires étrangers opérant dans le régime national (navires affrétés coque
nue) : 111 en 2019 ; 70 en 2020 ; 53 en 2021 et 44 en 2022.

[1]  Le nombre de navires de pêche à grande échelle a été estimé à partir des listes de paiements fournies par la DGER

 

Ü  Les navires étrangers opérant dans le régime étranger ont continu une baisse de 2019 à 2020 (133 en 2019 ;
131 en 2020 ; 94 en 2021) avant d’accuser une hausse de +28 % entre 2021 et 2022.

 Liste des navires de pêche à grande échelle opérant en Mauritanie

·      Liste des navires de pêche a grande échelle opérant dans le régime national suivis par la DGERH en 2022

·      Liste des navires des navires affrétés opérant dans le régime nationalsuivis par la DGERH en 2022

·   Liste des navires de pêche à grande échelle opérant dans le régime étranger suivis par la DGERH en 2022

·    Registre provisoire des navires de pêche à grande échelle (navires étrangers) suivis par la DMM en 2022 

Répartition du nombre de navires de pêche commerciale à grande échelle selon le régime d’exploitation et l’origine du navire en 2022.

Régime
d’exploitation

Origine des navires

Nombre de navires de pêche à grande échelle

Rappel 2021

2022

Progression 2021-2022

Régime national

Navires mauritaniens, y compris les navires mauritanisés de Fuzhou HongDong

245

301

+23%

Navires étrangers (navires affrétés coque nue)

53

44

-17%

Régime étranger

Navires étrangers opérant dans le cadre d’Accords de pêche et autres arrangements pêche

94

120

+28%

Total

 

392

465

+19 %

Répartition du nombre de naviresde pêche à grande échelle battant pavillon national en 2022

Navires autorisés à pêcher dans la ZEEM –
battant pavillon national

Rappel
2021

2022

Progression 2021-2022

o  Navires mauritaniens opérant dans le régime national

209

202

-3%

o  Navires mauritanisés de Fuzhou HongDong opérant dans le régime national

36

99

+175%

TOTAL

245

301

+23%

Répartition du nombre de navires de pêche à grande échelle battant pavillon étranger en 2022

Navires autorisés à pêcher dans la ZEEM –
battant pavillon
étranger

Rappel 2021

2022

Progression 2021-2022

Navires affrétés coque nue opérant dans le régime national

53

44

-17 %

o     Navires affrétés coque nue

53

44

 

 

 

 

 

Navires étrangers opérant dans le régime étranger

94

120

+28%

o      Navires opérant dans le cadre de l’Accord de pêche avec l’UE

§   Espagne

§   France

§   Laotienne[1]

§   Lettonie

§   Lituanie

§   Pologne

§   Salvador[2]

48

 

35

8

2

3

0

0

0

57

 

41

10

1

1

2

1

1

+19%

o      Navires opérant dans le cadre de la Convention pêche au thon libre avec Japan Tuna (Japon)

16

22

+37 %

§   Japon

16

22

 

o     Navires opérant dans le cadre de la Convention pêche pélagique libre

§   Angola

§   Belize

§   Cameroun

§   Lettonie

§   Lituanie

§   Oman

§   Russie

24

 

1

8

8

0

0

0

7

27

 

1

5

10

 

 

1

10

+12 %

o     Navires opérant dans le cadre de la convention pêche au thon libre (autre que Japan
Tuna)

§   Belize

§   Cabo Verde

§   Cuba

§   Curaçao

§   Guatemala

§   Guinée

§   Panama

§   Salvador

§   Sénégal

11

 

0

0

0

2

1

 

2

0

  6

14

 

1

1

0

0

0

1

1

2

8

+ 21 %


[1] Il s’agit de navires d’appui utilisés par la flotte de l’UE opérant en Mauritanie

[2] Il s’agit de navires d’appui utilisés par la flotte de l’UE opérant en Mauritanie

 

Les sources de revenus du gouvernement de la Mauritanie provenant des activités de pêche à grande échelle dans la ZEEM sont diverses et dépendent du régime de pêche.

                        

Liste des Paiements des navires:

 Paiements effectués par les navires de pêche à grande échelle opérant dans la ZEEM en 2022 (en MRU)

 

 

 

Navires opérant dans la ZEEM

 

 

Paiements
effectués pour les activités de pêche de

Nom de la
personne physique ou morale qui a effectué le paiement

Nom de l’Autorité nationale qui a reçu le paiement

Date à laquelle le paiement a été reçu par l’Autorité
nationale

 

 

Objet du paiement

Rappel 2021

2022

 

 

 

 

Navires sous régime national

123.357.907

120.905.165

Armateurs
ou leurs représentants

Trésor public

Non déterminée

Accès aux
ressources halieutiques de la ZEEM

o  Navires mauritaniens battant
pavillon mauritanien
(y compris les
navires mauritanisés de Fuzhou HongDong)

100.466.274

98.955.814

o   Navires étrangers battant pavillon étranger (navires affrétés coque nue)

22.806.633

21.949.351

Navires sous régime étranger

3.827.700.606

1.435.157.426

o   Accord UE

2.586.898.402

287.995.771

o   Convention libre thon, y
compris Japan Tuna

35.097.947

77.468.740

 

o   Convention libre pélagique

1.205.704.257

1.069.692.915

TOTAL

3.951.058.513

1 556 062 591

Détail des paiements effectués par les navires de pêche à grande échelle opérant dans le cadre du régime national pour 2022

 

 

Droits d’accès direct

Taxe parafiscale de surveillance

Montant forfaitaire

TOTAL

Navires opérant
dans le cadre du Régime national

Rappel 2021

2022

Rappel 2021

2022

Rappel 2021

2022

Rappel 2021

2022

Navires mauritaniens battant pavillon mauritanien (y
compris les navires mauritanisés de Fuzhou HongDong
)

70.226.274

69.428.814

12.650.000

12.520.000

17.590.000

17.007.000

100.466.274

98.955.814

Navires étrangers battant pavillon étranger (navires
affrétés coque nue)

21.575.633

20.708.351

390.000

380.000

926.000

861.000

22 891.633

21.949.351

TOTAL

91.801.907

90 137 165

13.040.000

12 900 000

18.516.000

17.868.000

123.357.907

120.905.165

Détail des paiements effectués par les navires de pêche opérant dans le cadre du régime étranger pour 2022 (en MRU)

Paiements

Années

Accord UE

Convention libre thon, y compris Japan Tuna

Convention libre pélagique

TOTAL

Taxe parafiscale de
surveillance

Rappel 2021

5.887.496

574.636

1.468.785

21.230 917

2022

4.780.000

957.057

12.240.000

17.977 057

Frais
d’observateurs

Rappel 2021

 

1.041.253

12.609.855

13.651 108

2022

 

1.877.452

12.981.406

14.858 858

Frais de gestion

Rappel 2021

   

14.998.928

14.998 928

2022

   

12.348.219

12.348 219

Redevance pêche

Rappel 2021

 

33.482.058

1 163.326.689

1.196.808.747

2022

9.013.941

74.634.231

 

83.648.172

Avance

Rappel 2021

9.467.852

   

9.467.852

2022

     

Décompte

Rappel 2021

 

 

 

 

 

2022

274.201.830

 

816 206 691

1.090.408.521

Compensation
financière de l’UE

Rappel 2021

2.571.543.054

   

2.357.500.000

2022

   

215.916.599

215.916.599

Totaux

Rappel 2021

2.586.898.402

35.097.947

1.205.704.257

3.827.700.606

2022

287.995.771

77.468.740

1.069.692.915

1.435.157.426

Les informations sur les paiements aux Autorités portuaires n’ont pas été recueillies dans le cadre de ce processus de Rapport FiTI.

Toutes les captures sont effectuées dans les eaux sous juridiction mauritanienne, aucun navire de pêche battant pavillon mauritanien n’opérant dans les pays étrangers ou en haute mer.

Les captures globales effectuées par les navires de pêche à grande échelle dans la ZEEM sont estimées
à 642.777 en 2022 contre 661.504 tonnes en 2021, soit une régression de -2 %.

Captures effectuées par les navires battant pavillon mauritanien en 2021

 

Captures

Quantité (tonnes)

Progression 2021-2022

 

Rappel 2021

2022

Total
annuel des captures conservées enregistrées par espèce/groupe d’espèces

44.966 [100%]

60.817 [100%]

+35
%

Pélagiques

16.075
[36 %]

30.507 [50%]

+90
%

Céphalopodes

10.509
[23 %]

15.659 [26 %]

+49
%

Démersaux

17.448
[39 %]

13.787 [23%]

-21
%

Crustacés

935
[2 %]

865 [1 %]

-7
%

Ventilé par type de concession

 

 

Pêche côtière (PC) céphalopodière

 

 

 

PC céphalopodière PC Poissons démersaux

108

193

+79
%

PC crustacés

373

415

+11
%

PC poissons démersaux

2.994

1.657

-45
%

PC poissons pélagiques 
Segment 1

2.112

3.218

+52
%

PC poissons pélagiques 
Segment 2

7.713

23.584

+206
%

PC poissons pélagiques 
Segment 3

4.976

2.132

-57
%

Pêche hauturière (PH) aux crabes profonds

124

204

+65
%

PH céphalopodière

2.659

828

-69
%

PH céphalopodière ; PH poissons démersaux autres que le
merlu

21.504

27.066

+26
%

PH des crevettes

303

127

-58
%

PH morutière

1.012

257

-75
%

PH poissons démersaux autres que le merlu

1.068

1.138

+7%

Total général

44.966

60.817

+35%

Captures annuelles des navires de pêche à grande échelle battant pavillon étranger, y compris les navires affrétés, opérant dans la ZEEM en 2022 (données ICCAT sur les thonidés non incluses)

Groupe d’espèces

Quantité
(tonnes)

Progression

2020-2021

Rappel 2021

2022

Total annuel des captures conservées
enregistrées par groupe d’espèces

616.538

588.960

-4 %

Pélagiques

595.796 [97 %]

569.381 [97 %]

 -4 %

Démersaux

19.476 [3 %]

16.625 [3%]

-15 %

Crustacés

1.250  [<1 %]

2.790 [<1 %]

+123 %

Céphalopodes

 16 [<1 %]]

164 [<1 %]

+925 %

 

Ventilé par
concession – pour chaque État du pavillon séparément

Crustacés exceptée la langouste

1.260

2. 831

+125 %

Espagne

1.260

2. 831

+125 %

Espèces démersales autres que le merlu
chalutier

1.461

1.229

-16 %

Espagne

1.461

1.229

-16 %

Merlu noir

8.365

7.554

-10 %

Espagne

8.365

7.554

-10 %

PC poissons démersaux

126

 

-100 %

Maroc

126

 

-100 %

PC poissons pélagiques 
Segment 1

4.837

3.837

-21 %

Turquie

4.837

3.837

-21 %

PC poissons pélagiques 
Segment 2

186.990

155.178

-17 %

Belize

60

180

+200 %

Cameroun

5.738

 

-100 %

Palau

382

 

-100 %

Turquie

180.809

154.998

-14 %

 

PC poissons pélagiques  Segment 2 ; PC Poissons
Pélagiques  Segment 3

857

1.012

+18 %

 

 

Turquie

857

1.012

+18 %

PC poissons pélagiques 
Segment 3

139.969

151.912

+9 %

Belize

 

 

 

Chine

1.394

2.278

+63 %

Curaçao

 

 

 

Nigeria

755

 

-100 %

Norvège

242

34

-86 %

Turquie

137.578

149.599

+9 %

Pêche hauturière (PH) poissons démersaux
autres que le merlu

92

121

 

+32 %

Turquie

92

50

-46 %

 

 

Egypte

 

70

 

 

Pêche
hauturière morutière

 

 

 

PH poissons démersaux autres que le merlu

 

 

 

Turquie

 

 

Pélagiques

272.580

265.287

-3 %

Angola

11.060

259

 -98 %

Belize

82.510

63.129

-23 %

Cameroun

102.711

113.013

+10 %

Géorgie

 

 

 

Lettonie

19.587

35.884

+83 %

Lituanie

14.089

 

-100 %

Pologne

 

 

 

Russie

42.623

53.001

24 %

Total général

616.538

588.960

-4
%

Débarquementdans les ports nationaux et étrangers et transbordement en 2022 

Libellé

Rappel 2021

2022

Captures effectuées dans la
ZEEM (tonnes) par la pêche à grande échelle

661.504

649.777

Part des quantités
débarquées en Mauritanie (%)

57

57

Part des transbordements et
débarquements dans les ports étrangers (régime étranger) (%)

43

43

 Informations sur les rejets en 2022

En 2022, ont été réalisées cinq (5) missions d’observations scientifiques dont deux (2) à bord des chalutiers pélagiques industriels de type russe, une seule mission pour la pêche crevettière et deux (2) pour la pêche côtière pélagique.

En résumé, pour 2022, des informations précises sur le volume total des rejets ne sont pas disponibles.

Autre document

Synthèse des missions d’observations scientifiques 2022

Informations sur l’effort de pêche

Pour l’année civile 2022, le GNM a été en mesure de trouver des informations sur l’effort de pêche, en termes en nombre d’heures de pêche.

Données tirées du premier rapport de la première réunion du CTS de 2023.                               

Effort de pêche des navires de pêche à grande échelle dans la ZEEM en 2022

Pêcherie

Effort (en heures)

2021

2022

Crustacés, exceptés langouste

14.448

30.528

Espèces démersales autres
que merlu sauf chalut

9.300

10.788

Merlu noir

17.412

15.720

Pêche chalutière (PC) céphalopodière ; PC
poissons démersaux

10.080

12.636

PC crustacés

10.980

13.140

PC poisons démersaux

36.972

18.480

PC poissons pélagiques  segment 1

648

708

PC poissons pélagiques  segment 2

7476

5.928

PC poissons pélagiques  segment 2 ; PC poissons
pélagiques  segment 3

11

96

PC poissons pélagiques  segment 3

11.352

14.808

PH aux crabes profonds

2.832

4.668

PH céphalopodière

26.608

6.588

PH céphalopodière + PH
poissons démersaux autres que le merlu

246.780

265.032

PH crevettière

3.276

1.968

PH morutière

2.400

1.668

PH morutière + PH poissons
démersaux autres que le merlu

1.092

 

PH poissons démersaux autres
que le merlu

8.472

13.284

Pélagiques

33.564

8.208

Pélagique libre

29.844

52.200

Total général

475.548

476.448

Autres informations importantes sur la pêche

Un Symposium international sur les petits pélagiques en zone nord-ouest africaine a été organisé par l’IMROP à Nouakchott
du 24 au 26 mai 2022 :
cliquer ici. 

Sur le plan socio-économique, les éléments phares et les principales conclusions et recommandations tirés des échanges
pour les pays de la sous-région y compris la Mauritanie, peuvent être résumés comme suit :

       Importance des petits pélagiques en termes de fourniture de protéines animales et de contribution à la sécurité alimentaire,
de création d’emplois et de moyens d’existence durables, de génération de recettes budgétaires, de contribution aux PIB des pays côtiers et de lutte contre la pauvreté ;

       Diminution de la consommation per capita de petits pélagiques et tendances vers une insécurité alimentaire ;

       Émergence de l’industrie de la farine de poisson, segment extraverti, à l’origine de l’accentuation de la vulnérabilité et de la précarité des populations côtières, et constituant des menaces sur la santé publique.

Il a été fortement recommandé de réduire et contrôler les usines de farine de poisson et les volumes traités ainsi que d’accorder une priorité aux formes de valorisation sources de plus grande valeur ajoutée et d’emplois.

L’accent a été également mis sur le besoin de privilégier l’approvisionnement des marchés locaux en petits pélagiques qui constituent la source de protéine animale la plus accessible en termes de coût, de quantité et de qualité aux nombreuses populations à faibles revenus dans un contexte d’une croissance démographique importante.

Les autres recommandations concernent i) la fourniture aux populations des produits salubres et sécurisés ; ii) la délocalisation des usines de farine de poisson des zones de résidence et d’activités touristiques pour les besoins de santé publique et de consolidation des moyens d’existence des communautés ; et iii) une plus forte intégration de la pêche migrante dans les politiques de gestion des
pêcheries de pélagiques côtiers aux échelles nationale et sous-régionale.

En matière de gouvernance il a été reconnu l’urgence de la mise en place d’une gestion sous-régionale des petits pélagiques. En Mauritanie, la réflexion sur les droits d’usage est bien avancée et un plan d’aménagement des pêcheries de petits pélagiques a été développé. Il est essentiel et urgent que des décisions de gestion harmonisées entre les pays de la sous-région, et exploitant un même stock, soient prises. Sur les sujets émergents, il est nécessaire de prendre en compte les interactions entre la pêche, le milieu marin et les autres activités en
mer.

1)         Aspects environnementaux

Le GNM considère que les résultats de 2018 restent provisoirement valables pour 2022, faute de données actualisées.

Pour mémoire en 2018, un réchauffement progressif des eaux a été mis en évidence en Mauritanie. Celui-ci est en rapport avec les
perturbations dans la dynamique du front thermique qui se manifestent par un séjour plus long de celui-ci dans les eaux mauritaniennes. 

Cette tendance au réchauffement est confirmée par les données in situ de la station de Cansado, reposant sur plus de 3 décennies d’enregistrements journaliers et qui montrent une élévation de la température de l’eau de mer d’environ 0,6°C. 

L’analyse des données de différentes campagnes océanographiques nationales et internationales a montré une extension de la
Zone de minimum d’oxygène (OMZ) qui a été repérée dans la zone du Cap blanc ; situation pouvant affecter les habitats des espèces pélagiques.

L’érosion côtière de plus en plus prononcée occasionne un recul significatif du trait de côte dans certaines parties du littoral. D’après l’IMROP, malgré des activités industrielles en développement le long du littoral et une activité d’exploration pétrolière en plein essor,
les milieux marin et côtier (habitats et eaux) restent relativement saints et salubres.

En outre, un changement notable de la direction dominante des vents a été constaté, passant de NNW/NW pour la période 1960 –
1999 vers le plein nord de 2000 à 2018. Cette situation a sans doute influencé la dynamique de l’upwelling qui montre une diminution de son intensité ces dernières années.

2)         Indicateurs socio-économiques

Faute d’actualisation, le GNM considère que les indicateurs socioéconomiques du secteur de la pêche à grande échelle en 2022 sont les mêmes qu’en 2021. 

Ainsi, les recettes annuelles du Trésor en 2022 ont atteint 6,41 milliards MRU, composées de 61 % issues du régime étranger, 25 % du régime national et 14 % des autres recettes en  faveur des institutions.

Recettes du secteur de la pêche de la Mauritanie, de 2016 à 2022

Libellé

2018

2019

2020

2021

2022

Régime
national (milliards MRU)

2,42

2,26

2,19

2,05

2,66

Régime
étranger (milliards MRU)

5,07

6,22

5,40

4,28

3,66

Autres recettes (MPEM + DGD
+ Institutions) (milliards MRU)

1,50

1,53

1,30

1,34

2,32

Recettes
totales du secteur (milliards MRU)

8,99

10,01

8,89

7,68

8,65

Recettes
publiques totales du pays (milliards MRU)

49,3

51,4

55

68

78

Poids du secteur dans les recettes totales du
pays (%)

18

19

16

11

11

Faute d’actualisation les données de 2021 concernant les emplois générés par le secteur des pêches maritimes et la valeur
ajoutée de la pêche
restent valables pour 2022. Ces données sont présentées en détails dans le rapport 2021.

Pour mémoire, en 2021, les emplois générés par le secteur des pêches maritimes ont été réévalués suivant une approche consolidée
sur la base des critères objectifs et des ratios cohérents et reconnus. Le secteur génère actuellement 226.000 emplois (directs et indirects) dont
environ 54.000 emplois en mer et 10.650 emplois dans la transformation et la commercialisation des produits de la mer.

La part de la valeur ajoutée de la pêche dans le secteur primaire est de 33,1 % alors que la Part de la valeur ajoutée de la pêche et
des industries de transformation des produits de la pêche dans l’économie nationale est de 7,9 %.

Type d’embarcation utilisé par la pêche à petite échelle en 2022

Type
d’embarcation

Pirogue
plastique

 

Pirogue
bois

Vedette

Bateau

Lanche

Pirogue
aluminium

Canot

TOTAL

Pêche artisanale

5.399

 

2.107

365

 

114

23

7

8.015 (92 %)

Pêche côtière

98

 

454

 

99

 

 

 

651 (8 %)

TOTAL

5.497

 

2.561

365

99

114

23

7

8.666 (100 %)

Répartition des embarcations de pêche artisanale selon l’activité en 2022

Type
d’embarcation

Pirogues
actives

Pirogue inactives

TOTAL

Pêche artisanale

6.431

1.584

8.015 (92 %)

Pêche côtière

399

252

651 (8 %)

TOTAL

6.830

1.836

8.666 (100 %)

Répartition des embarcations utilisées par la pêche à petite échelle par pavillon en 2022

Pays

Pêche artisanale

Pêche côtière

Total

Cameroun

 

4

4

Chine

 

6

6

Mali

6

 

6

Maroc

 

1

1

Mauritanie

7.900

465

8.365

Sénégal

109

132

241

Turquie

 

42

42

Nigéria

 

1

1

TOTAL

8.015

651

8.666

 

 

 

 

 

 Répartition des engins de pêche utilisés par la pêche à petite échelle par type d’engin en 2022

 

Nombre d’engins
en
2020

Chalut

Filet

Ligne

Piège

Senne tournante

Sans engin

Total

Pêche artisanale

 

363

1.052

5.016

 

1.584

8.015

Pêche côtière

6

15

 

21

208